top of page
Rechercher

Stress : ses mécanismes et conséquences

En 1914, Walter Cannon (professeur en physiologie) est le premier à utiliser la notion de stress d’un point de vue physiologique. Pour lui cela correspond « à des manifestations somatiques provoquées par un stimulus agressif ». Il découvre également que le facteur émotionnel joue un rôle dans le développement des maladies. En 1956, Hans Selye (médecin Québécois) définit le stress comme « un syndrome général d’adaptation », pour lui c’est une réponse physiologique face au changement. Selon le Dr Selye, c’est l’exagération de ses réponses, qui met en péril l’homéostasie et à long terme déclencherait des maladies.


Il existe différentes catégories de stress :


- Le stress oxydatif, il correspond à une oxydation des différents constituants de l’organisme. Cette oxydation est due aux radicaux libres. Nous en parlerons davantage dans un autre article.


- Le stress aigu


- Le stress chronique


Le stress aigu est déclenché par une nouvelle situation, cela peut être une mauvaise nouvelle, une victoire lors d’une compétition, un évènement important comme un mariage ou encore un examen. Le corps doit s’adapter rapidement à cette nouvelle situation. On peut noter 3 phases d’évolution du stress :


- La phase d’alarme

Notre cerveau, bien qu’il ait évoluer depuis les premiers hommes, a un fonctionnement primaire face au danger. Pour lui il n’y a que deux solutions l’attaque ou la fuite, pour se décider instantanément c’est le système nerveux sympathique qui entre en action. Il va alors libérer l’adrénaline, et provoquer ainsi la tension des muscles, une accélération cardiaque, une augmentation de la tension artérielle et nous donner l’énergie nécessaire pour agir… La phase d’alarme ne peut pas durer plus de 24h car le corps s’épuiserait.

Si le corps passe à l’action, par exemple si l’on passe un examen, la phase d’alarme se met en place, tout revient à la normale lorsque l’examen est passé et que nous sommes sûr d’avoir réussi, tout revient à la normale.


- La phase de résistance

Si aucune action n’est mise en place, le corps va se préparer à résister. Dans notre exemple, nous venons de passer l’examen mais nous ne sommes pas sûr d’avoir réussi. L’organisme va alors chercher le meilleur moyen de s’adapter. A ce moment-là ce sont les glandes surrénales qui libèrent le cortisol. Cette hormone aura pour rôle de transformer nos réserves graisseuses en sucre afin de fournir rapidement l’énergie nécessaire au corps. Lorsque le taux de cortisol est trop élevé cela provoque une augmentation du sucre et des graisses dans le sang, des troubles digestifs, des troubles immunitaires, ainsi que des troubles du sommeil ou encore des troubles hormonaux.


- La phase de décompensation

C’est le moment où l’organisme s’épuise, pourtant l’organisme va tenter le tout pour le tout dans l’espoir de trouver une solution face à la situation. L’adrénaline va alors être sécrétée à nouveau. Si nous reprenons notre exemple, nous venons de recevoir les résultats, et malheureusement nous n’avons pas eu le nombre de point nécessaire à la validation. A ce moment là le corps réactive l’adrénaline, afin de redonner une impulsion pour s’adapter.


Le stress chronique, apparait lorsque le corps n’arrive pas à trouver de solution, et reste dans cet état. Dans notre société actuelle, nous sommes beaucoup plus soumis au stress psychique, qu’au stress physique. Notre corps envoi les hormones nécessaires afin de réagir de façon archaïque fuir ou attaquer. Mais il est beaucoup plus difficile de réagir face au harcèlement, un enfant qui refuse de manger par exemple. L’organisme est prêt à agir physiquement, mais n’arrive pas à s’adapter psychiquement, il gravit donc les phases du stress et instaure un fonctionnement constant du système nerveux sympathique.


A force d’être en état de stress continue, le corps va essayer d’évacuer le stress, par des plaques d’eczéma, des larmes, des crises de colites, des poussées d’herpès. Au-delà des tentatives d’évacuation du stress, ce dernier va agir sur la totalité de notre organisme. On pourra ressentir :

- De la fatigue,

- De l’anxiété,

- Des insomnies,

- Des angoisses,

- Une transpiration importante,

- Des ballonnements,

- Des palpitations,

- Une oppression respiratoire,

- Des maux de têtes,

- Des difficultés de concentration,

- Des pertes de mémoires,

- Des maux de dos,

- Une prise ou perte de poids,

- De la boulimie,

- De l’hypertension,

- Un affaiblissement du système immunitaire


Il pourra également apparaitre des troubles plus importants et plus grave comme :

- Un ulcère d’estomac,

- Un infarctus,

- Un cancer,

- Une dépression,

- Un Burn out

- Et toutes sortes maladies




Toutes ces informations ne sont données qu’à titre indicatif. Si vous rencontrer l’un de ces symptômes, il est important de consulter votre médecin. Toute fois il existe quelques outils afin de diminuer le stress, nous le verrons lors de mon prochain article.

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Eau : ses 10 bienfaits sur votre santé

Comme vous le savez certainement, l’eau est indispensable à la vie ! Boire de l’eau est vital pour votre santé et pour le bon fonctionnement de vos organes vitaux. L’eau a de nombreux bienfaits mais v

Le Reiki : définition, origines et bienfaits

Vous avez souvent entendu parler du reiki sans vraiment savoir exactement à quoi cela correspond, ni même ce que cela signifie ? Vous ignorez également ce que cela peut vous apporter ? Dans cet articl

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page